Où Jésus a-t-il dit qu’il est Dieu ?

Une question d’un lecteur: lire ici.

Voici l’article qui répond à cette question :

“Qui dîtes-vous que je suis ?” (Marc 8.29) est la question que Jésus pose à ses disciples dans les évangiles. Depuis l’origine du christianisme, la question de l’identité de Jésus n’a cessé de passionner ceux qui s’approchent du texte biblique. Mais qui est-il vraiment ? Pour certains, il s’agit d’un imposteur. Pour d’autres, c’est un fou qui s’est pris pour Dieu. Pour les chrétiens, il est vraiment celui qu’il prétend être le Fils unique de Dieu. Cette croyance est-elle fondée bibliquement ?

Dans cette série, j’aimerai montrer que les preuves bibliques en faveur de la divinité du Christ sont tellement accablantes qu’elles en deviennent contraignantes. Nous verrons que les affirmations de Jésus (1), les réactions des disciples et des ennemis de Jésus (2) et le témoignage des premiers chrétiens (3) montrent sans doute possible que Jésus-Christ est vraiment Dieu.

Les affirmations de Jésus à son sujet

1. Sa pré-existence

Dans l’évangile de Jean, nous trouvons la déclaration surprenante de Jésus : “Vraiment, je vous l’assure, leur répondit Jésus, avant qu’Abraham soit venu à l’existence, moi, je suis” (Jean 8.58). Jésus a la prétention d’affirmer qu’il existait avant sa naissance. Encore mieux, il existait avant qu’Abraham n’existe.

Dans plusieurs passages de l’Évangile de Jean, Jésus affirme nettement qu’il était pré-existant dans les cieux et dans la gloire avant son incarnation (Jean 3.13, Jean 6.33, Jean 6.38, Jean 6.62, Jean 8.23, Jean 8.42, Jean 10.30-39, Jean 16.28, Jean 17.5).

2. L’adoration, la glorification, l’exaltation, l’objet de foi, le titre “Dieu”

Jésus a promis de venir dans la “gloire du Père” (Marc 8.38). Il se tient lui-même comme un légitime objet de foi : “Dans le désert, Moïse a élevé sur un poteau le serpent de bronze. De la même manière, le Fils de l’homme (i.e. Jésus) doit, lui aussi, être élevé pour que tous ceux qui placent leur confiance en lui aient la vie éternelle.” (Jean 3.14-15, voir aussi Marc 9.42 et Jean 9.35s). Il se place au même niveau que le Père : “Que votre coeur ne se trouble pas. Ayez foi en Dieu: ayez aussi foi en moi.” (Jean 14.1).

De plus, il n’a jamais corrigé ceux qui l’accusent de se faire l’égal de Dieu ou ceux qui l’appellent “Dieu” : “Jésus leur répondit: Mon Père est à l’oeuvre jusqu’à présent, et moi aussi je suis à l’oeuvre. Cette remarque fut pour eux une raison de plus pour chercher à le faire mourir car, non content de violer la loi sur le sabbat, il appelait encore Dieu son propre Père et se faisait ainsi l’égal de Dieu.” (Jean 5.17s, voir aussi Marc 2.5s, Jean 8.58-59, Jean 10.30-39 et Jean 20.281).
Il affirme aussi que la loyauté envers lui est plus importante que toutes les autres formes de loyauté (Matthieu 10.37), qu’il devrait être honoré de la même manière que le Père (Jean 5.17s). Jésus dit aussi que le Père recherche à le glorifier : “Jésus répondit: “Si je m’attribuais moi-même ma gloire, cela n’aurait aucune valeur. Celui qui me glorifie, c’est mon Père, celui-là même que vous appelez votre Dieu.” (Jean 8.54, Jean 13.31) et que les deux sont liés (Jean 11.4). Il utilise l’épithète divin “JE SUIS” (Jean 8.58-59, 24, 28). Il accepte la louange des hommes sans réprimander : “Jésus apprit qu’ils l’avaient expulsé. Il alla le trouver et lui demanda: Crois-tu au Fils de l’homme ? Il lui répondit: Qui est-ce? Dis-le moi, Seigneur, pour que je puisse croire en lui.
Jésus lui dit: Tu le vois de tes yeux. C’est lui-même qui te parle maintenant. Je crois, Seigneur, déclara l’homme, et il se prosterna devant lui. » (Jean 9.35-38)

3. L’autorité

Plusieurs fois, Jésus affirme qu’il est capable de pardonner les péchés (Marc 2.5s, Luc 7.48s), qu’il a autorité sur le Sabbat (Marc 2.28, Matthieu 12.8), sur les élus et sur les anges (Marc 13.26s).
On peut déduire d’après la formule “mais moi je vous dis” que Jésus s’arroge le droit de renforcer la loi de Moïse (Matthieu 5). Aussi, il a l’autorité de donner autorité sur les puissances des ténèbres aux autres (Luc 10.19). Encore plus fort, il affirme qu’il possède l’autorité universelle (Jean 17.2) et qu’il dispose du Royaume de la même manière dont le Père en dispose (Luc 22.29s). Il affirme avoir l’autorité d’envoyer et de donner le Saint Esprit de Dieu (Luc 24.49, Jean 7.37-39, Jean 15.26 et Jean 16.7).

4. L’identification et l’égalité avec le Père

Les affirmations au sujet de l’égalité de Jésus avec le Père sont claires. Par exemple, Jésus dit que “celui qui a de la haine pour moi en a aussi pour mon Père.“ (Jean 15.23). Aussi, il affirme que celui qui a vu le Fils, a vu le Père (Jean 14.9) et il s’est appelé par le titre potentiellement blasphématoire : Fils de Dieu (Marc 14.62). Jésus n’a jamais corrigé ceux qui l’accusaient de se faire l’égal de Dieu ou ceux qui l’ont appelé “Dieu” (Marc 2.5s, Jean 5.17s, Jean 8.58-59, Jean 10.30-39 et Jean 20.28). Il se met au même niveau que le Père et le Saint Esprit (Matthieu 28.19). Sa venue coïncide avec la venue de Dieu (Luc 19.43-44). Enfin, il affirme qu’il agit co-extensivement avec le Saint Esprit (Luc 21.14-15 et Matthieu 10, voir aussi Marc 13) et le Père : ”Comme le Père m’a toujours aimé, moi aussi je vous ai aimés; maintenez-vous donc dans mon amour.” (Jean 15.9, voir aussi Jean 15.17s, Jean 10.30-39).

5. L’unique relation avec le Père

Jésus considère que sa relation filiale avec le Père est absolument unique : “Ne me retiens pas, lui dit Jésus, car je ne suis pas encore monté vers le Père. Va plutôt trouver mes frères et dis-leur de ma part: Je monte vers mon Père qui est votre Père, vers mon Dieu qui est votre Dieu” (Jean 20.17, voir aussi Marc 12.1-11). De plus, il affirme avoir une connaissance exclusive du Père : “Mon Père a remis toutes choses entre mes mains. Personne ne connaît le Fils, si ce n’est le Père; et personne ne connaît le Père, si ce n’est le Fils et celui à qui le Fils veut le révéler.” (Matthieu 11.27, voir aussi Jean 7.28-29). Et, il affirme être le seul à avoir vu Dieu le Père (Jean 6.46, Jean 8.38). Finalement, il affirme être sans péché et qu’il a toujours plu au Père (Jean 8.29, Jean 8.46).

6. Sa nature exaltée et ses pouvoirs surnaturels

Jésus est souvent lié au mot “Seigneur” (Marc 11.3, Marc 5.19-20). Il affirme qu’il est supérieur au Roi David (Marc 12.35-37), au temple (Matthieu 12.16), au prophète Jonas (Matthieu 12.41), et au Roi Salomon (Matthieu 12.42), aux anges (Marc 13.32). Certaines de ses déclarations impliquent l’attribut d’omniprésence (Matthieu 18.20 et Matthieu 28.19), et qu’il a accès à la connaissance du future (Luc 22.31s, Marc 9.31). Enfin, Jésus affirme qu’il peut rendre libre quelqu’un (Jean 8.36) et qu’il peut ressusciter des morts : “ Si le Père m’aime, c’est parce que je donne ma vie; mais ensuite, je la reprendrai. En effet, personne ne peut m’ôter la vie: je la donne de mon propre gré. J’ai le pouvoir de la donner et de la reprendre. Tel est l’ordre que j’ai reçu de mon Père.” (Jean 10-17-18).

7. Affirmations de Jésus qui n’ont pas de sens s’il n’est pas Dieu

- “Le ciel et la terre passeront, mais mes paroles ne passeront jamais.” (Marc 13.31) Jésus affirme que ses paroles sont éternelles. Personne dans l’histoire n’a eu cette prétention.
– “Pour entrer dans le royaume des cieux, il ne suffit pas de me dire: «Seigneur! Seigneur!» Il faut accomplir la volonté de mon Père céleste. Au jour du jugement, nombreux sont ceux qui me diront: «Seigneur! Seigneur! Nous avons prophétisé en ton nom, nous avons chassé des démons en ton nom, nous avons fait beaucoup de miracles en ton nom.» Je leur déclarerai alors: «Je ne vous ai jamais connus! Allez-vous-en, vous qui pratiquez le mal!»” (Matthieu 7.21s, voir aussi Matthieu 25.17s). Dans ce texte, nous voyons que la destinée éternelle des hommes dépend de lui.
– “Personne n’a jamais vu le Père, sauf celui qui est venu d’auprès de Dieu. Lui, il a vu le Père.” (Jean 6.46, voir aussi Jean 8.38 et Exode 33.20) Alors que personne n’a jamais vu le Père, Jésus affirme être le seul à l’avoir vu.
– “Je suis le cep de la vigne, vous en êtes les sarments. Celui qui demeure en moi et en qui je demeure, portera du fruit en abondance, car sans moi, vous ne pouvez rien faire.” (Jean 15.5) Jésus affirme que sans lui, l’homme ne peut pas porter du bon fruit.
– “Car tout ce qui est à moi t’appartient, comme tout ce qui est à toi m’appartient. Ma gloire rayonne en eux.” (Jean 17.10) Tout ce qui appartient au Père appartient à Jésus. Cette affirmation n’a vraiment aucun sens si Jésus n’est pas Dieu lui-même.

1- Un lecteur musulman a suggéré que la meilleure lecture de ce texte était que Thomas rendait gloire à Dieu le Père, et non qu’il confessait Jésus comme Seigneur et Dieu. Maintenant, il faut savoir que ce n’est pas l’interprétation majoritaire parmi les exégètes bibliques. Murray J. Harris, professeur de Nouveau Testament et d’exégèse, a brillament réfuté cette alternative en montrant le manque évident de preuves in Jesus as God: The New Testament Use of Theos in Reference to Jesus (Grand Rapids: Baker, 1992). La plus simple et meilleure façon de comprendre l’exclamation de Thomas est une adresse vocative à Jésus lui-même. De plus, la répétition du pronom grec μου fait de la confession de Thomas intensivement personnelle, qui est en complète relation avec le contexte immédiat : « Ces choses ont été écrites afin que vous croyiez que Jésus est le Christ, le Fils de Dieu, et qu’en croyant vous ayez la vie en son nom. » (v. 31)

About these ads

5 commentaires

  1. « Dans cette série, j’aimerais montrer que les preuves bibliques en faveur de la divinité du Christ sont tellement accablantes qu’elles en deviennent contraignantes »

    On attend la suite alors :) Merci, ça c’est vraiment de l’apologétique. Surtout disponible !

    Avec une belle petite photo en tête et c’est nikel :)
    ++

  2. Baert Christian · ·

    Jésus Christ est-il Dieu?

    Jean 17:3, Traduction Oecuménique de la Bible (1978) : “[Jésus pria son Père en ces termes:] La vie éternelle, c’est qu’ils te connaissent, toi le seul vrai Dieu [“le Dieu unique et véritable”, (La Bible de A.Kuen (1976-1982)), et celui que tu as envoyé, Jésus Christ.” (Remarquez que Jésus ne s’applique pas l’expression “le seul vrai Dieu”, mais qu’il la réserve à son Père céleste.)

    Jean 20:17, Traduction Oecuménique de la Bible (1978) : “Jésus lui dit [à Marie Madeleine]: ‘Ne me retiens pas! Car je ne suis pas encore monté vers mon Père. Pour toi, va trouver mes frères et dis-leur que je monte vers mon Père qui est votre Père, vers mon Dieu qui est votre Dieu.’” Pour Jésus ressuscité comme pour Marie Madeleine, le Père était donc Dieu. Il convient de noter que pas une seule fois dans l’Écriture, le Père n’appelle le Fils “mon Dieu”.

    Le texte de Jean 1:1 prouve-t-il que Jésus soit Dieu?

    Jean 1:1, Traduction Oecuménique de la Bible (1978): “Au commencement était le Verbe, et le Verbe était tourné vers Dieu, et le Verbe était Dieu [également (La Bible (1973) E.Osty, et La Sainte Bible (1963) Moines de Maredsous, ainsi que La Sainte Bible (Ecole Biblique de Jérusalem.1958), etc.].” La Sainte Bible (1908) L.Segond & H.Oltramare. rend ce verset par: “La Parole était d’essence divine.” Ce met: “Le Verbe était un être divin.” Traduction du Monde Nouveau (1995) montre que “la Parole était dieu”.
    Que lit-on au juste dans le texte grec pour que certains traducteurs s’abstiennent de le rendre par “le Verbe était Dieu”? La première fois que le mot théos (Dieu) apparaît dans ce verset, il est précédé de l’article (le), ce qui n’est pas le cas la deuxième fois. La construction article nom désigne une personne dont elle définit l’identité, alors qu’un substantif attribut au singulier, sans l’article et mis avant le verbe (comme dans la phrase qui nous intéresse), indique une qualité. Par conséquent, le texte considéré n’identifie pas le Verbe (Jésus) au Dieu avec qui il était, mais il explique que le Verbe était à la ressemblance de Dieu, qu’il était divin, un dieu. De la même essence et de même nature que DIEU son Père, le Fils de DIEU, Jésus avant de venir sur terre était un dieu dans les cieux.
    Que voulait dire l’apôtre Jean en écrivant Jean 1:1 ?
    Entendait-il que Jésus lui-même est Dieu, ou peut-être qu’il forme un seul Dieu avec le Père? Dans le même chapitre, au verset 18, nous lisons: “Personne [“aucun homme”, Traduction du Monde Nouveau (1995)] n’a jamais vu Dieu; le Fils unique [“un dieu fils unique”, (La Bible (1971) de J.Grosjean et M.Léturmy)., La Sainte Bible (1960) A.Crampon Ed.Révisée par A.Tricot, Votre Bible (1972) Amiot, C.Augrain, L.Neveu, D.Sesboüé, R.Tamisier). ], qui est dans le sein du Père, nous l’a dévoilé.” (Traduction Oecuménique de la Bible (1978)).

    Des hommes ont-ils vu Jésus Christ, le Fils? Oui, bien sûr! Dès lors, Jean pouvait-il dire que Jésus est Dieu? Certainement pas. Vers la fin de son Évangile, Jean résume bien les choses quand il écrit: “[Ces signes] ont été [rapportés] pour que vous croyiez que Jésus est le Christ, [non pas Dieu, mais] le Fils de Dieu.” Jean 20:31, (Traduction Oecuménique de la Bible (1978)) .

    L’exclamation de Thomas, en Jean 20:28, prouve-t-elle que Jésus soit vraiment Dieu?

    Jean 20:28 (Traduction Oecuménique de la Bible (1978) ) déclare: “Thomas lui répondit: ‘Mon Seigneur et mon Dieu.’”
    Rien ne s’opposait à ce que Thomas appelle Jésus “Dieu”, si c’est bien là ce qu’il a voulu dire. Cela s’harmoniserait avec un texte du livre des Psaumes que Jésus a cité et dans lequel des juges puissants sont qualifiés de “dieux”. (Jean 10:34, 35, Traduction Oecuménique de la Bible (1978); Psaumes 82:1-6.) Bien entendu, Jésus occupe une position de loin supérieure à celle de ces hommes. En raison de sa position exceptionnelle auprès de YaHWeH, Jésus est appelé “le dieu fils unique” en Jean 1:18 (Traduction du Monde Nouveau (1995); voir également (La Bible (1971) de J.Grosjean et M.Léturmy). , La Sainte Bible (1960) A.Crampon Ed.Révisée par A.Tricot , (Votre Bible (1972) F.Amiot,C.Augrain,L.Neveu,D.Sesboüé,R.Tamisier)).
    Par ailleurs, Ésaïe 9:6 le qualifie en termes prophétiques de “Dieu puissant”, mais pas de Dieu TOUT-PUISSANT. Tout cela s’accorde avec le fait que Jésus est décrit comme étant “dieu”, ou un “être divin”, en Jean 1:1 ((Traduction du Monde Nouveau (1995) Watch Tower Pennsylvanie)., (Bible du Centenaire (1928-1947) Société Biblique de Paris).
    Le contexte nous aide à tirer la bonne conclusion sur cette question. Peu avant la mort de Jésus, Thomas avait entendu ce dernier s’adresser à son Père comme au “seul vrai Dieu”. (Jean 17:3, Traduction Oecuménique de la Bible (1978)) Une fois ressuscité, Jésus avait fait dire à ses apôtres, dont Thomas: “Je monte (…) vers mon Dieu qui est votre Dieu.” (Jean 20:17, Traduction Oecuménique de la Bible (1978)). Après avoir rapporté les paroles de Thomas qui venait de voir et de toucher Jésus ressuscité, l’apôtre Jean a déclaré: “[Ces signes] ont été [rapportés] pour que vous croyiez que Jésus est le Christ, le Fils de Dieu, et pour que, en croyant, vous ayez la vie en son nom.” (Jean 20:31, Traduction Oecuménique de la Bible (1978)). Par conséquent, si quelqu’un en était venu à penser, sur la foi des paroles de Thomas, que Jésus lui-même est “le seul vrai Dieu” ou “Dieu le Fils” au sein de la Trinité, il aurait intérêt à reconsidérer la déclaration de Jésus (v. 17) et la conclusion très claire que tire l’apôtre Jean (v. 31).

    Le texte de Matthieu 1:23 indique-t-il que Jésus était Dieu lorsqu’il était sur la terre?

    Matthieu 1:23, Traduction Oecuménique de la Bible (1978) : “Voici que la vierge concevra et enfantera un fils auquel on donnera le nom d’Emmanuel, ce qui se traduit: ‘Dieu avec nous (“Dieu est avec nous”, (La Bible de A.Kuen (1976-1982)).’”
    Lors de l’annonce de la naissance de Jésus, l’ange de YaHWeH a-t-il dit que l’enfant serait Dieu en personne? Pas du tout. Il a déclaré: “Il sera grand et sera appelé fils du Très Haut.” (Luc 1:32, 35, Traduction Oecuménique de la Bible (1978); c’est moi qui souligne). De son côté, Jésus n’a jamais prétendu être Dieu, mais “le Fils de Dieu”. (Jean 10:36, Traduction Oecuménique de la Bible (1978); c’est moi qui souligne.) Jésus avait été envoyé dans le monde par Dieu; on pouvait donc dire que YaHWeH était avec les hommes par le moyen de son Fils unique. Jean 3:17; 17:8.
    Il n’était pas rare que les noms hébreux comportent le mot Dieu ou une forme abrégée du nom divin. Par exemple, Éliathah signifie “Dieu est venu”; Jéhu, “Il est YaHWeH”, et Élie, “Mon Dieu est YaHWeH”. Mais aucun de ces noms n’implique que celui qui le portait était Dieu lui-même.

    Que signifie le texte de Jean 5:18?

    Jean 5:18, Traduction Oecuménique de la Bible (1978): “Dès lors, les Juifs n’en cherchaient que davantage à le faire périr, car non seulement il violait le sabbat, mais encore il appelait Dieu son propre Père, se faisant ainsi l’égal de Dieu.”
    C’étaient les Juifs incrédules qui pensaient que Jésus cherchait à se faire l’égal de Dieu en le désignant comme son Père. Bien qu’il parlât à juste titre de Dieu comme de son Père, Jésus n’a jamais prétendu qu’il en était l’égal. Il a répondu sans détour aux Juifs: “En vérité, en vérité, je vous le dis, le Fils ne peut rien faire de lui-même, mais seulement ce qu’il voit faire au Père.” (Jean 5:19, Traduction Oecuménique de la Bible (1978); voir aussi Jean 14:28; Jean 10:36). Ces mêmes Juifs incrédules ont également accusé Jésus de violer le sabbat, mais là encore ils se trompaient. Jésus suivait la Loi à la perfection; aussi a-t-il déclaré: “Il est donc permis de faire le bien le jour du sabbat.” Matthieu 12:10-12, Traduction Oecuménique de la Bible (1978).

  3. Xavier Guérin · ·

    Ma réalisation récente que la communauté catholique a de tout temps été divisé sur le statut même de Jésus me trouble. D’abord, parce que mes lectures des écritures ne m’ont jamais fait transparaître le fait que Jésus, fils de Dieu, était Dieu lui même.

    Mais surtout parce qu’une posture divine de Jésus ferait perdre tout son sens à son sacrifice. C’est effectivement parce que Jésus a souffert en tant qu’homme d’une souffrance humaine qu’il rachète les péchés du monde. C’est justement parce qu’il vienne d’un Jésus égal de l’homme que ses enseignements transcendent la nature humaine.

    Les mêmes souffrances et les mêmes enseignements venant d’une nature omnisciente et omniprésente n’aurait malheureusement plus grande valeur.

    1. Pour les enseignements, comment comprendre qu’il est un avec le Père? Je ne comprends pas très bien s’il n’est pas lui-même Dieu…

    2. Jésus est absolument génial parce qu’il est justement pleinement homme et pleinement Dieu ! Les 2 sont vrais en même temps !

Creative Commons

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

%d blogueurs aiment cette page :