Pourquoi le débat Création/Evolution est un terrain miné


Article invité écrit par Jonathan Kitt

Certains sujets de conversation semblent être à éviter si on souhaite avoir une discussion paisible. Qui n’a pas assisté ou pris part à un débat passionné sur des sujets comme « Si Dieu existe, pourquoi le mal? », « La science n’a-t-elle pas mis Dieu au placard? »… Le débat entre Création et Evolution fait partie de ces sujets brûlants. Il suffit de voir les couvertures de livres ou de magazines qui sortent fréquemment sur ce thème pour se rendre compte que 150 ans après la publication de l’Origine des espèces de Charles Darwin, la question fait encore couler énormément d’encre. Le Nouvel Observateur daté du Jeudi 22 janvier 2009 titrait sa Une « Dieu contre la science », et le Hors-Série de Scientific American de janvier 2009, « The Evolution of evolution », consacre un article aux «derniers tours des créationnistes ».

Comme c’est souvent le cas dans ce genre de débat, ce sont les positions les plus extrêmes qui parlent le plus fort et qu’on entend le plus. On a d’un côté le militantisme athée (avec comme chef de file Richard Dawkins dont nous avons longuement parlé dans la série Pour en finir avec Dieu) qui se sert de la théorie de l’évolution comme argument contre l’existence de Dieu en affirmant que la théorie est intrinsèquement athée. De l’autre côté, les croyants fervents pour qui la théorie de l’évolution est incompatible avec leur foi car elle ne laisse pas la place à leur croyance en un Dieu Créateur.

Afin d’éviter des incompréhensions, il nous semble primordial de définir les termes « Création » et « Evolution ». Combien de fois, lorsque le sujet est soulevé, nous entendons dire, d’un côté comme de l’autre, « Mais la question ne se pose même pas! ». Essayons de comprendre ce que les biologistes veulent dire quand ils parlent d’évolution et ce que les croyants entendent par création, ainsi le débat sera peut-être plus constructif.
Par l’utilisation contemporaine du terme « évolution », les biologistes font référence à un processus résultant en des changements héritables dans une population, répartis sur de nombreuses générations. Ces changements surviennent par l’intermédiaire des mutations génétiques.
Dans le cadre biblique, le terme « création » ne se réfère pas à un mécanisme particulier d’explication des origines de la diversité biologique, mais à la relation entre Dieu et tout ce qui existe.
Si on s’en tient à ces définitions, Création – en tant que terme théologique exprimant la relation créative immanente et continue de Dieu avec l’univers tout entier – et Evolution – en tant que théorie scientifique expliquant la diversité biologique – ne sont pas incompatibles.
Si on accepte ces définitions, on se rend compte que le fait de formuler le débat par la question « Création ou Evolution » constitue ce qu’on appelle en philosophie une erreur de catégorie. On ne peut débattre correctement si dès la formulation de la question, on mélange deux « niveaux », à savoir une théorie scientifique et une croyance.

Malheureusement, ces deux termes traînent derrière eux un très lourd bagage idéologique.
Les mots étant définis par l’usage qu’on en fait, les termes « création » et « créationniste » sont aujourd’hui devenus attachés aux personnes qui rejettent en bloc la théorie de l’évolution, conception largement véhiculée par les médias.
Certains croyants rejettent la théorie de l’évolution en l’accusant d’être à l’origine d’idéologies telles le capitalisme, le communisme et le racisme, en particulier à travers la notion de « survie du plus apte ». Il est important de souligner que ce concept a été développé par Herbert Spencer qui a popularisé la théorie à la fin du XIXème en affirmant qu’elle représentait non seulement une théorie scientifique mais également une grande philosophie pour l’ensemble de la vie, de l’histoire et du progrès humain.

Il est intéressant de noter que la théorie fut assez facilement adoptée par les penseurs chrétiens lors de la publication de l’Origine des espèces. Asa Gray par exemple, Professeur d’Histoire Naturelle à Harvard et presbytérien orthodoxe, confident de longue date de Darwin, fit une critique très positive du livre et arrangea sa publication aux Etats-Unis en 1860. En contraste, un récent sondage révèle que presque la moitié des américains ne croit pas en la théorie de l’évolution.

Certains scientifiques considèrent qu’il est irrationnel de croire en l’existence d’un Dieu Créateur, et que les découvertes scientifiques sont incompatibles avec le récit de la Création biblique. Mais la Bible n’est pas un manuel scientifique. La littérature scientifique telle qu’on la trouve actuellement dans les revues scientifiques spécialisées est relativement récente. La Bible a beaucoup à nous dire sur le sens de la Création, pas sur les mécanismes de la création. Le livre de la Genèse apporte des réponses à des questions sur le « pour-quoi », non sur le « comment ». Il nous présente un Dieu puissant, Créateur et plein de grâce. Il nous dévoile aussi dans quel monde nous vivons, ce que signifie être humain. Surtout, il nous révèle que toute la création a besoin d’un Rédempteur. Le message essentiel de la Bible est en effet que Jésus-Christ a accompli le sacrifice parfait qui seul pouvait renouer notre relation avec DIeu, relation ternie par le choix délibéré de l’Homme de vivre sans Dieu.

Certains croyants rejettent la théorie de l’évolution parce qu’ils la considèrent trop matérialiste. Ils pensent qu’un chrétien honnête ne peut adopter la théorie sans remettre en question sa foi. Comme nous l’avons déjà mentionné, la théorie en elle-même n’est pas matérialiste, ce sont les extrapolations métaphysiques qui en ont été faites qui les sont. Le fait que les athées militants se servent de la théorie de l’évolution comme d’un argument contre l’existence de Dieu n’a fait que renforcer cette idée. Ces chrétiens ont du mal à comprendre comment un scientifique chrétien peut par exemple mener de la recherche en biologie sans laisser sa foi à l’entrée du laboratoire.
Un chrétien et un athée travaillant dans un laboratoire tenteront de comprendre le fonctionnement de leur objet de recherche. Le fait qu’ils soient athée ou croyant n’empêchera nullement qu’ils parviennent aux mêmes conclusions. Ce seront leurs interprétations métaphysiques qui seront différentes. Les deux pourront s’émerveiller à travers leurs recherches de la complexité de l’univers, de l’infiniment grand à l’infiniment petit. Le croyant peut s’émerveiller tout autant que l’athée (Dawkins par exemple prétend que la foi rend cet émerveillement impossible). A la différence du dernier, il croit que Dieu est à l’origine de ce qu’il observe. La foi en un Dieu Créateur ne rend pas moins intéressante la tâche de chercheur ! La science nous permet d’étudier et de comprendre comment fonctionne le monde que Dieu a créé.

En réponse à l’affirmation de certains scientifiques que la théorie de l’évolution élimine la possibilité d’un Dieu Créateur, des croyants ont voulu justement montrer que des processus particuliers ne peuvent s’expliquer par des mécanismes darwiniens, et qu’il faut alors invoquer un « Concepteur intelligent » pour expliquer ces mécanismes. C’est l’argument du « Dieu-des-trous » que l’on a pu rencontrer au cours des années sous différentes formes. Le problème de vouloir mettre Dieu là où la science ne peut (pas encore) expliquer certains phénomènes est que ces trous risquent tôt ou tard d’être comblés. En science, quand on parle des manques actuels dans les connaissances, l’attitude à avoir serait de « ne jamais dire jamais ». Cette idée est bien illustrée par le discours de Lord Kelvin à la British Association for the Advancement of Science en 1900, lorsqu’il affirma qu’ « il ne reste plus rien à découvrir en physique maintenant. Tout ce qu’il nous reste sont des mesures de plus en plus précises ». Quelques années plus tard, Albert Einstein révolutionnait le monde de la physique.
Nous croyons que Dieu est le Créateur de toutes choses, pas seulement de ce qu’on ne peut à priori pas expliquer scientifiquement.
Une autre phrase qu’on peut souvent entendre prononcée par des chrétiens est que « l’évolution n’est qu’une théorie ». Ici encore, il s’agit d’une mauvaise compréhension de la signification du terme « théorie ». Une théorie scientifique constitue au moment où elle est utilisée la meilleure explication des phénomènes naturels observés. Il ne s’agit pas d’une hypothèse farfelue, mais d’un cadre de travail au sein duquel les scientifiques peuvent mener leurs recherches.

Dans les milieux chrétiens, on entend souvent dire que le débat Création/Evolution est d’importance secondaire. Dans un sens c’est vrai, mais il faut savoir ce qu’on entend par Création/Evolution. S’il ne s’agit que d’un débat scientifique sur la manière dont la diversité biologique s’est développée au cours du temps, alors oui c’est un débat d’importance secondaire.
Mais nous pensons que le fond du débat se situe autre part. Si les athées et les croyants débattent aussi souvent sur le sujet, et que les athées se servent de la théorie pour montrer que Dieu n’existe pas, alors que les croyants refusent d’accepter la théorie parce qu’elle est trop matérialiste, il nous semble judicieux d’essayer de resituer le débat là ou il se situe vraiment.
Si le but du débat est de montrer que Dieu existe ou pas, pourquoi ne pas sortir du débat pseudo-scientifique, qui nous semble de toute façon sans fin, et le reformuler en débat entre théisme et matérialisme? Il nous semble que la vraie question qui repose au fond des discussions est plutôt « Dieu ou pas Dieu? » Cette question est, elle, d’importance primordiale. Si on croit que Dieu existe, ou même si on ne fait qu’envisager la possibilité de son existence, alors on peut croire qu’Il a créé l’univers. Et si c’est le cas, il peut l’avoir créé de la manière qu’Il voulait, que ce soit en six jours de vingt-quatres heures ou sur des périodes de temps beaucoup plus longues par des mécanismes évolutifs.

12 commentaires

  1. Merci Jonathan pour ton travail. Je vais t’écrire pour te demander des renseignements supplémentaires aussi bien pour moi que pour t’obliger plus de rigueur dans tes explications. Continue!

  2. Robert Boulianne · ·

    Bonjour à vous, J’ai bien aimé votre article sur le débat Création/Évolution. Mais la conception de l’évoltion est davantage cette définition « Théorie biologique qui postule que les êtres vivants sont tous issus d’une même souche originelle et qu’ils se sont transformés par un processus évolutif. » http://granddictionnaire.com/BTML/FRA/r_Motclef/index1024_1.asp
    Et c’est à cette définition qu’il y a un débat. Il y a un présupposer philosophique derière cette définiton que la vie peut s’expliquer par des processus « matérialiste ». C’est pourquoi je considère que la théorie de l’évolution et un modèle au même titre que le modèle créationisme. Les évolutionnistes et les créationistes ont accès au même données expérimentale mais ils l’interprètent selon leur modèle respectif. Par exemple, tous les organismes vivants sont contitués d’ADN. Les évolutionnistes y voient une preuve d’ancêtre commun. Les créationistes y voient Dieu qui a utilisé le même matériel de départ pour faire les êtres vivants. Et ici nous ne sommes dans un débat philosophique. Je crois que la théorie de l’évolution est une croyance au même titre que le créationisme. En passant, je suis créationiste et c’est vraiment un débat important pour le chrétien en raison de l’influence de l’évolutionisme dans nos vies. J’aurais beaucoup à dire encore mais le temps me manque. Mais j’aimerais avoir vos commentaires sur mon commentaire S.V.P. En Jésus-Christ notre Seigneur et Sauveur.

  3. Robert,

    Je suis d’accord avec toi et c’est pourquoi je suis d’accord avec la conclusion de Jonathan. Le débat est bien entre Théisme et Matérialisme.
    Par contre, j’ai discuté avec Jonathan, puisque je n’étais pas d’accord d’accepter si rapidement « l’évolution ». Ce terme doit être définie. Comme tu définie le terme, je dois me complétement contre la théorie Darwinienne, car (si elle correspond à ta définition) elle n’est pas scientifique, ni biblique!

    A l’occasion, je peux t’envoyer mes remarques (ou bien Jonathan pourra t’en faire part). La raison que je n’ai pas posté mes commentaires, c’est que je voulais parler franchement ET avec amour. Un blog n’est peut-être pas la meilleur manière de le faire… Bon weekend à tout le monde!

  4. Ami,
    en fait, l’evolutionisme n’implique pas nécessairement le materialisme. Logiquement, Dieu peut avoir créé les choses avec la proprieté d’évoluer.
    Mais l’évolutionisme c’est inaceptable à la foi chrétienne parce que Dieu a créé l’homme à son image et semblance, c’est-à-dire, non comme un animal irrationel qu’évolua jusqu’á rationalité, mais comme un être rationel fait d’une fois. Encore, la femme fut créée femme.
    Il y a d’autres choses, mais je m’arrêterai ici.
    Ami, pardonnez-moi si je fus rude dans m’argumentation. Mon français a la besoin de melheurer. Je lis meilleur que j’écris. :)

    Restez avec Dieu.

    La paix et la grâce du Seigneur et Saveur Jésus-Christ.

  5. [...] bien évidemment contredits par les faits. Non, nous n’avons pas peur de la science (voir Sur le débat création et l’évolution, Science et religion sont-elles incompatibles ?, La science est-elle plus rationnelle que la foi). [...]

  6. Oui la science et religion sont compatibles,et si on trouve pas de compatibilité alors la religion suivait n’est est fausse,chercher une autre ou trouvant la compatibilité,et qui cherche trouve comme on dit. bonne journée a tout le monde

  7. Je crois que la théorie de l’évolution est une croyance au même titre que le créationisme. En passant, je suis créationiste et c’est vraiment un débat important pour le chrétien en raison de l’influence de l’évolutionisme dans nos vies.

    Voilà ce que je lis. Je trouve cela effarant. Donc la biologie, la génétique, ne sont pas des sciences fondées sur la validation et la réfutation des expériences empiriques, et le créationnisme qui ne fait que dire l’univers, la terre, les animaux, les hommes, le fait qu’il y a quelque chose plutôt que rien, tout ça c’est dieu et tout cela sans la plus petite preuve c’est kif kif.
    Nous voyons là tout ce qui sépare un savoir objectif et le plus archaïque de nos émotions, la simple croyance fondée sur des préjugés individuels et collectifs, cette croyance comme celle qui s’était imposée chez les nazis après deux mille ans d’antisémitisme chrétien que les juifs étaient les ennemis de l’homme et une race inférieure.

    Steven Weinberg prix Nobel de physique écrivait: Avec ou sans religion, les bons feront du bien et les méchants feront du mal, mais pour que les bonnes gens fassent du mal il faut de la religion.

    Une étude a montré que dans les prisons américaines il y avait 80% de catholiques et 0,2% d’athées (qui sont près de 20% aujourd’hui en Amérique).

    Prétendre que la morale, le sens du bien ou du mal vient de dieu tout l’histoire prouve le contraire. Ainsi, il y a plus de pédophiles religieux aux Etats-Unis que dans n’importe quelle autre corporation.

    1. Bonjour Roland,

      Commençons par une question : avez-vous lu l’article, ou seulement les commentaires ?
      Concernant vos critiques de la « religion » … auriez-vous lu Onfray par hasard ? Parce que confondre foi et religion et définir cette dernière comme « la plus archaïque de nos émotions, une simple croyance fondée sur des préjugés individuels et collectifs » n’est pas très objectif ! Cela me rappelle le Traité d’athéologie, dans lequel l’auteur prend tellement de soin à souligner le fait que l’athéisme devrait être considéré comme quelque chose de positif et pas seulement comme une négation alors qu’il se contente de définir la foi comme une « pathologie mentale personnelle ». Pas très difficile d’écrire un traité athée de 300 pages à partir de cette définition … Si vous tenez tant à cette fameuse objectivité, soyez vous-même objectif !
      Chercher à évaluer les religions à partir de leurs conséquences sociales n’est pas non plus très objectif. On ne juge pas un système par ses abus. Je suppose que vous ne supportez pas d’entendre dire que Staline, Mao, Pol Pot et Hitler (l’argument de la solution finale semble utilisé des deux côtés) étaient « anti-religieux ». Alors ne résumez pas le christianisme à ses dérives !
      Concernant la citation de Steven Weinberg … Il ne parle pas en tant que « Nobel de physique » mais en tant qu’athée – ou plutôt antithéiste – militant.

      Et vous semblez aimer les chiffres … Parlons de la France. Selon un sondage IFOP de décembre 2009, 64% des Français se reconnaissent comme catholiques. Donc en gros, deux-tiers des français reconnaissent avoir une « simple croyance fondée sur des préjugés » … ou peut-être qu’ils se disent catholiques d’un point de vue culturel … Sinon on a des soucis à se faire sur la santé intellectuelle de nos compatriotes !

  8. il semble que beaucoups de chretiens ont du mal a vous suivre cf robert boulianne et rouver junior .pourquoi?
    parceque la question sousjacente est estceque la bible dit la verite?Je suis desole, mais en ce qui concerne la creation du monde non si on se fit a la scence.Et surtout je reste convaincu que ceux qui ont ecri la genese, l ont ecris au premier degres, ils ont vraiment cru que le monde s’est fait en 7 jours etc etc, et c est travestir leurs pensees que de leurs faire dire le contraire.En gros la bible est remplie d erreures au moins scientifique, surtout dans l ancien testament, donc les profetes n ecrivaient pas sous la dictee de dieu puisque dieu ne peut pas se tromper, donc tout a ete invente

    1. Pourriez-vous développer ? Pourquoi croyez-vous que « ceux qui ont écrit la Genèse l’ont écrit au premier degré » ? (et si les « jours » de la Genèse sont des jours de 24h, le monde a été créé en 6 jours, pas en 7).
      J’ai surtout l’impression que vous partez du postulat que la Bible est remplie d’erreurs … auriez-vous des exemples concrets à nous partager ?

  9. Bonjour Jonathan

    Commençons par une question : avez-vous lu l’article, ou seulement les commentaires ?
    Oui, j’ai lu l’article… Mais évidemment, toute lecture est aussi bien une interprétation que l’écriture.

    Concernant vos critiques de la « religion » … auriez-vous lu Onfray par hasard ?
    Non, je n’ai pas lu Omfray… Mais Epicure, Démocrite, B.Spinoza, Freud, Einstein, Darwin, R.Dawkins. Ch.Hichens, P. Torr, V.Stenger etc., etc.

    « Parce que confondre foi et religion et définir cette dernière comme « la plus archaïque de nos émotions, une simple croyance fondée sur des préjugés individuels et collectifs » n’est pas très objectif ! »

    Lier la foi aux émotions ne serait pas objectif? Je pense qu’une émotion comme la peur est à l’origine de ce que nous nommons la foi -, la croyance au surnaturel, aux esprits qui à l’origine des rites, des cérémonies censées apaiser les forces maléfiques de la nature ou pour en solliciter les bienfaits, des avantage, mais encore pour fonder et resserrer les liens du groupe. C’était l’époque des sorciers, des magiciens… Les prêtres égyptiens ou encore Moïse en faisaient partie. Comme disait Cicéron la religion c’est le respect des rites. Et pour y croire? A cause des promesses… Une vie meilleure après la vie terrestre. Revoir des êtres chers disparus.
    Le salut éternel. Des vierges ou du raisin blanc.

    « Cela me rappelle le Traité d’athéologie, dans lequel l’auteur prend tellement de soin à souligner le fait que l’athéisme devrait être considéré comme quelque chose de positif et pas seulement comme une négation alors qu’il se contente de définir la foi comme une « pathologie mentale personnelle « .

    Disons là que l’auteur – que je n’ai pas lu – doit se référer à Freud qui a identifié les rites aux comportements qu’il a pu observer et décrire dans les pathologies névrotiques, les névroses obsessionnelles, compulsives, de répétitions, qui sont tout aussi bien symptômes de superstition, que de modes de défenses contre des pulsions qu’il convient de refouler. Si je fais pas ceci il va m’arriver malheur.

    Je vous ferez remarquer ensuite que nul ne nait chrétien, juif ou musulman, que cela est imposé d’emblée par les parents sans le consentement de l’enfant parce qu’eux mêmes ont été soumis au même traitement et que celui-ci, bien qu’il soit une construction sociale et idéologique, ne tire sa légitimité que de son ancienneté. Parce que les hommes croyaient déjà aux dieux et aux esprits il y a des milliers d’années, alors tout cela doit être vrai. Et les conséquences de ça – conséquences que certains ne veulent surtout pas considérer comme des symptômes inhérents et aberrants susceptibles de nous éclairer sur la foi et la religion, c’est que l’on à durant deux mille ans tué brûlé, torturé des centaines des millions d’individus qui refusaient de croire aux dogmes – ces vérités absolues, imposées par la force. Toutes les religions se sont imposées par la violence, psychologique et physique. Dans la bible on peu même comment dieu intime aux hébreux de commettre un génocide. On ne nait pas athée non plus, on le devient…

    « On ne juge pas un système par ses abus.

    Allez donc dire ça aux millions de malheureux qui souffrent des abus du capitalisme!!!
    Ou aux soviétiques…
    Ou bien encore aux Juifs.

    Je suppose que vous ne supportez pas, dites-vous, d’entendre dire que Staline, Mao, Pol Pot et Hitler (l’argument de la solution finale semble utilisé des deux côtés) étaient « anti-religieux ».

    Staline fut formé au séminaire et son totalitarisme est une copie conforme de la toute puissance du religieux transporté dans le politique – tout comme l’islam. Quant à Hitler, permettez-moi de vous rappeler que les soldats qui prêtaient sermon de fidélité au Führer juraient « devant dieu » et que Hitler a dit mainte fois que le tout-puissant lui avait confié cette mission. Gott mit Uns! Pol Pot a lui aussi suivi l’enseignement d’une école catholique, l’école Miche. Tous les dictateurs, de Mussolini a Franco pour ne citer qu’eux, ont toujours trouvé l’église catholique à leur côté. dans l’Allemagne d’Hitler l’église n’a pas entravé la marche des nazis – elle a même organisé un grand Te Deum pour remercier dieu d’avoir épargné la vie du dictateur après un attentat. Je vous rappel qu’un pape a béni les canons italiens des fascistes qui partaient massacrer les Éthiopiens. Qu’aux USA aujourd’hui ce sont les plus fanatiques racistes qui traitent Obama de Hitler et de communiste et qui luttent pour la suprématie de la race blanche, pour la peine de mort.
    Que les islamistes intégristes massacrent, égorgent, tuent des hommes et surtout des filles qu’ils violent pour qu’elles ne puissent accéder au paradis, tout cela au nom de dieu… Et c’est toujours le même argument dilatoire… Cela n’a rien à voir avec la religion. Parce que prétendre qu’il n’y a pas de rapport entre la foi et la religion… Entre la folie et la religion – pourtant Paul lui-même en parler de sa folie – c’est encore faire l’économie d’une critique du christianisme qui est à l’origine de l’antisémitisme -, qui a raconté dorant deux mille ans que c’étaient les Juifs qui avaient assassiné le petit Jésus.

    « Et vous semblez aimer les chiffres … Parlons de la France. Selon un sondage IFOP de décembre 2009, 64% des Français se reconnaissent comme catholiques. Donc en gros, deux-tiers des français reconnaissent avoir une « simple croyance fondée sur des préjugés » … ou peut-être qu’ils se disent catholiques d’un point de vue culturel … Sinon on a des soucis à se faire sur la santé intellectuelle de nos compatriotes ! »

    Oui, se reconnaissent comme tels… Avec le choc des civilisations inauguré par la conquête islamique partout où il y a des musulmans et vu l’imbroglio où a conduit le débat sur l’identité Français, se dire catholique si on pose la question en terme de religion est une mascarade qui ressemble davantage à un réflex inscrit dans les corps et les esprits. Pourquoi pas simplement chrétiens… Ou juifs étant donné que les chrétiens sont des juifs qui s’ignorent… Catholiques c’est marquer encore une fois le caractère sectaire, la division des chrétiens en sectes multiples… Bientôt en tribus… Comme un retour à l’origine archaïque dans laquelle toutes les religions ont vu le jour… Pour le pire et meilleur, mais surtout pour le pire… L’empire de la mort, la pulsion de mort à l’œuvre, l’attente de l’apocalypse.

    J’ai fait le plus court possible. Je me suis aussi abstenu d’aller fouiller dans mes livres… Je suis devenu athée par dégoût des mensonges, des falsifications historiques des grands textes religieux mais surtout à cause précisément des conséquences désastreuses de deux mille ans d’une religion qui est aussi responsable du monde tel qu’il est aujourd’hui.

  10. j ai cette opinion depuis que j’ai lu le traite theologiquo politique de spinoza, que j’ai lu avec le plus grand interêt(c’etait dans le cadre de mes etudes).J’ai même verifie les citations que l auteur emprunter a l ancien testament.Si vous ne l avez pas lu, le mieu serait de vous y referer car je ne pourrais pas etre plus explicite.mais en deux mots, si ma memoire est bonne (c etait il y a plusieurs annees)
    les arguments qui justifient une telle opinion sont:
    Le fait que les manieres dont dieu apparait aux prophetes sont conformes aux opinions que l’on avait de lui a l’epoque (une voie dans le ciel..)
    le niveau de langage employé qui correspond au niveau d’instruction du prophete en question;
    le fait que si il s’agissait de second degres ils se seraient exprimer autrement, a ce propos Spinoza prenant l’exemple d’un prophete expliquant que le soleil tourne autour de la terre, rejette l’idée qu il s’agit d’une metaphore.
    je ne peux malheureusment pas vous citer de memoire les occurrences de l’ancien testament qui justifient ce que je dis.Elles sont dans le TTP que je n’ai pas sous la main ( pas plus que l’ancien testament).Encore une foi, le mieu serait peut etre que vous vous refferiez vous meme a ce livre si ce n’est pas deja fait.
    mais en dehors de tout ca, il faut reconnaitre:
    que depuis toujours science et religion n’ont pas fait bon menage, (ex Galille)et que pendant les periodes obscures du moyen age, on rejettait des avancees scientifique reelles pour des motifs religieux.Maintenant que la science a pris le desssus (si on peut dire), on interprete diffirement la bible.Mais c’est parcequ’on prend en compte le contexte scientifique actuel qui n’existait pas a l’epoque!!
    Ce n’est donc pas a moi de justifier que les prophetes emploient le premier degres!
    Donc vous même sur quoi vous basez vous pour soutenir que les prophetes s’exprimaient par metaphores, et qu’il fallait chercher un sens caché derriere ce qu’ils disaient.
    Un exemple : vous avez cru (les chréiens), au moyen age et avant que nous descendions d’Adam et d’Eve etc, et maintenant que cette théorie n’est plus compatible avec celle de l’evolution, l’ histoire d’Adam et de Eve devient un mythe, ou une histoire..

Creative Commons

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

%d blogueurs aiment cette page :